CSO > Actualités

Le 05/08/2019

Ce n'est pas souvent que l'on ressent de telles émotions

Ce n'est pas souvent que l'on ressent de telles émotions -  - Cliquez pour zoomer

Elle l’attendait et la voulait depuis longtemps cette victoire, la préparant depuis un moment maintenant. Et pourtant, triompher dans le derby de Dinard n’est pas chose inconnue pour Margaux Rocuet puisqu’en 2012, elle s’imposait avec Lagune de Kreisker en réalisant le seul sans-faute de l’épreuve. 2e en 2018 derrière Patrice Delaveau, cette année c’est sur la plus haute marche du podium qu’elle est montée. Avec sa Victoria Barcelona, la Bretonne s’est imposée de façon royale dans le mythique derby de Dinard.


Une victoire émouvante récompensant de longues heures de travail

Les larmes de joie ont coulé durant la remise des prix, avec un tour d’honneur endiablé et au rythme des applaudissements du public, venu très nombreux. Ce public a d’ailleurs transcendé Margaux Rocuet, qui montait sur ses terres : « ce n'est pas souvent que l'on ressent de telles émotions, être ici à la maison avec tout ce public devant moi... Je remercie le public, vous m’avez donné la force de rentrer sur la piste, vous avez été incroyables ! » a-t-elle dit.

Ce derby, Margaux l’a préparé longuement, allant d’ailleurs depuis plusieurs semaines sur le terrain de cross de Dol-de-Bretagne. Trotting, plage, galops dans les champs, Victoria Barcelona n’a pratiquement pas vu le sable de la carrière ce dernier mois. « C’est ça un cheval breton ! » s’est exclamé la championne. Elle admet tout de même que cette préparation était nécessaire pour ce genre d’épreuve qui demande beaucoup d’efforts et nécessite des chevaux en bonne condition. Cela n’a d’ailleurs apporté que du bon à sa complice : « ma jument est un peu nonchalante et faire cela l’a vivifié et lui a donné un bon moral ».

Si elle a parcouru brillamment sans se laisser abattre par les différents obstacles, elle ne s’attendait pas à une telle victoire, et encore moins l’emporter devant Steve Guerdat : « je ne pensais pas être plus rapide que Steve, je n’y aurais jamais pensé si je ne m’étais pas retournée et l’avais vu sur l’écran ! ». Revanche prise sur sa 2e place de l’année dernière derrière Patrice Delaveau, sa stratégie ayant d’ailleurs changé pour cette édition 2019 : « L’an passé j’avais vu Patrice partir en début de tour et que personne ne faisait de sans-faute par la suite donc j’avais privilégié le sans-faute. Cette année j’ai vu Julien et Steve ne pas toucher une barre et j’ai augmenté la cadence ». Un rythme plus soutenu (avec un temps de 167'03) qui lui a offert une victoire bien méritée.


Un derby de haut niveau

Les choses s’annonçaient plutôt compliquées puisqu’avant elle, pas moins de six couples ne finissaient pas leur parcours, décidant d’abandonner ou étant tout simplement éliminés. Un vertical sur bidet a ainsi causé de nombreux problèmes, plus, de façon surprenante, que les différents obstacles naturels parsemant le parcours.

Rik Hemeryck, premier à s’élancer, se faisait d’ailleurs éliminer après deux désobéissances, contrastant avec le deuxième couple à prendre le départ, Julien Gonin et Vipper du Lavoir, qui ont réalisé un parcours sans-faute sur les barres, mais entaché par 2 points de temps dépassé (183'72). Terminant 3e, le Français n’est toutefois pas déçu de sa performance puisqu’il s’agissait d’ailleurs du tout premier derby de Vipper. « Pour être honnête je ne l’ai pas particulièrement préparé, je fais beaucoup d’extérieur et pars quotidiennement en balade. J’aime m’amuser donc on saute différents obstacles, des fossés… Aujourd’hui je privilégiais le sans-faute, je ne m’occupais pas du tout du chronomètre, je voulais juste que la jument ne s’asphyxie pas », dit-il. Julien a choisi Viper tout simplement parce qu’il la connaît très bien, et selon lui « il faut un cheval en qui on a confiance pour faire ce type d’épreuve ».

Grand habitué des derbys, Steve Guerdat a été le premier à réaliser un parcours sans aucun point de pénalité, prenant provisoirement la tête avec Evita. Finalement 2e (171'56), le Suisse bénéficie d'ailleurs chez lui d’une piste en herbe sur laquelle il entraîne ses chevaux. Evita, qu’il ne monte que depuis avril et qui anciennement était sous la selle du Néerlandais Kevin Jochems, n’a que 10 ans. Cette jeunesse n’a toutefois pas joué de rôle selon le numéro un mondial : « L’âge n’a pas d’importance, si le cheval a l’habitude de sauter ce genre d’obstacle, il peut le faire même s’il n’a que 7 ans, comme ce n’était pas haut ni techniquement très difficile. C’est un type d’épreuve basé sur l’honnêteté et la confiance dans le cheval, pas l’âge, il faut simplement l’habitude ».


De belles performances françaises

Sur leurs terres, les cavaliers bretons ont brillé sur le Val Porée. En effet, ils ne sont pas moins de quatre à figurer dans le Top 8, et donc à se présenter lors de la remise des prix. Arthur Le Vot sur Ascott des Vaux et Côme Couturier -champion de Bretagne- associé à Top Star du Park ont ainsi respectivement terminé 6e et 7e. Bernard Briand Chevalier prend lui la 8e place avec Atiste de Rance.

Nicolas Delmotte avait lui aussi décidé de sauter quelques obstacles naturels avant de partir à Rotterdam défendre les couleurs françaises au championnat d’Europe. Accompagné d’Alanine de Vains, il s’est offert une 4e place, n’écopant que de 3 points suite dû au chronomètre. Enfin, le champion de France Pro-Elite, Benoît Cernin, avait lui aussi pris le départ dans ce difficile derby, s’emparant de la 5e place avec Vasco vh Jukschot Z.

 

Flash Infos

Fermeture estivale du bureau d

Le bureau du CRE de Bretagne sera fermé du samedi 10 au 25 août 2019. Nous serons de nouveau disponibles dès ...
> Lire la suite

Diplôme d'état d'entraîneur en

Limite des inscriptions le 1er septembre ...
> Lire la suite

Ce n'est pas souvent que l'on

Elle l’attendait et la voulait depuis longtemps cette victoire, la préparant depuis un moment maintenant. ...
> Lire la suite

Les larmes de joie de Tony Cad

Quelle sensation dès la première journée du CSI5* de Dinard ! ...
> Lire la suite

Décès de Gildas DONOU

J’apprends ce jour le décès de Gildas DONOU. Homme de cheval, cavalier de complet de haut niveau, instructeur ...
> Lire la suite

CSI5* de Dinard. La nouvelle é

Il avait pris du 16 au 19 mai dernier la direction de Drammen en Norvège pour son tout premier CSIO3* avec la ...
> Lire la suite

La lettre du CREB

Logo CREBPour connaitre toutes nos infos régionales

Nos partenaires

logo partenaire : Comité Départemental d'Equitation d'Ille & Vilaine
Conception - Réalisation : StartUp Communication